Le projet de Lucie: Le Vestibule

Cette rubrique  a deux objectifs: Promouvoir les projets au féminin, et vous faire découvrir des portraits de femmes courageuses, afin montrer et de démontrer que… Yes, We Can ! 

Le projet de Lucie

Lucie a un projet très innovant: une vêtithéque en plein coeur de Toulouse. Pour celles qui ne connaissent pas, « c’est comme une bibliothèque, mais au lieu d’emprunter des livres, vous empruntez des habits ».

mosaique de vero - le vestibule

Innovant, parce que cela n’existait pas en France. C’est une idée qui est venue à Lucie, comme si elle avait eu un flash, en lisant Courrier International. L’idée n’était pas exactement la même, puisque le modèle d’origine était un magasin suédois de location de vêtements d’occasion.

Lucie, étant une mordue de mode, elle a fait le choix de louer de vêtements neufs de stylistes trendy de France et de l’extérieur.

La bonne idée a été de proposer des abonnements mensuels pour louer ces tenues avec une durée définie mais en quantité illimitée. « Etre à la mode oui, mais tout en respectant son portefeuille et l’espace dans son armoire! »

En ce moment elle développe le partenariat avec les créateurs qui se lancent (si vous êtes créateur/créatrice, et que vous souhaitez vous lancer et avoir une visibilité, Lucie est « votre femme »)..

Vous l’aurez compris, Lucie n’est pas une traditionnelle, mais une pionnière.

Voici quelques photos de Le Vestibule (49 Rue du Taur, Toulouse):

Ce diaporama nécessite JavaScript.

.

Le portrait de Lucie

 

mosaique de vero - le vestibuleLucie est une jeune femme de 26 ans, originaire de Toulouse. Elle a étudié à l’Institut de Sciences Politiques de Toulouse, option Relations Internationales.

Elle avait choisi ces études dans le but de se lancer dans l’humanitaire. Elle a fait des stages dans plusieurs organismes dont l’Unicef. C’est dans celui-ci qu’elle a connu le marketing dans l’humanitaire et la vente d’objets pour récolter de l’argent pour ces associations: « je me suis fortement intéressée aux branches humanitaire-entreprise et humanitaire-associations« .

.

.

Comment est né ton projet?

« Le côté humanitaire m’intéressait, mais je ne souhaitais pas évoluer derrière un bureau. Malheureusement, à la sortie de Sciences-Po c’était surtout des postes dans l’administration qui m’étaient proposés (par exemple, directrice d’une maison de retraite). Etre dans le marketing et l’événementiel m’a toujours plu… Alors j’ai lu cet article, l’idée m’est venue et tout m’a semblé très clair… C’était ça que je voulais faire. »

Alors, tout s’est passé très vite. Elle a été aidée par sa plus jeune soeur pour réaliser l’étude de marché et la partie marketing. Pendant sa dernière année à Sciences Po elle a présenté son projet à plusieurs concours et … gagné! Enfin, « Le plus dur c’était de trouver les financements. Les banques, très frileuses, voulaient des chiffres, mais étant un projet neuf sans précédents ils n’existaient pas, alors impossible de les convaincre »… Heureusement Lucie a pu compter sur son entourage qui a su lui faire confiance et lui donner le coup de pouce qui lui fallait! En suite il a fallu chercher le local et les partenaires.

Qu’est le plus dur de ton activité?

« La compta et … l’informatique (rires) ».

Et ce qui te plaît le plus?

« Beaucoup de choses! la mode, le contact avec les clients, l’événementiel… »

le vestibule

C’est à ce moment que Lucie me raconte une anecdote: « C’est marrant, mais j’y pense souvent. Quand j’étais petite j’adorais aller voir mon père à son travail. Il est artisan et a quelques employés. Je m’asseyais à son bureau et faisais semblant de faire des comptes, passer des coups de fils, donner des consignes… Je me disais que je voulais être femme d’affaires. Aujourd’hui je me dits que je fais ce que j’ai toujours voulu faire: être mon propre patron! ».

Des regrets?

« Non! … enfin, juste quand cela devient un peu dur, et là je me dits, mais où me suis-je mise! (rires). Mais cela me passe très vite quand je me dits qu’ailleurs, je me serais ennuyée! ».

La reconnaissance

Je ne lui ai pas demandé si c’était une des choses qu’elle cherchait. En tout cas, elle est sur la bonne voie: Elle a fait un colloque à La chambre de Commerce pour les jeunes (lycéens) futurs entrepreneurs. Le Vestibule est l’objet d’articles sur des magazines aussi importants que COSMOPOLITAN FRANCE (article ici), sans parler du nombre d’articles parus sur différents blogs (dont le mien ^^). Le Vestibule a même été l’objet d’un reportage spécial mode pour le magazine 100% MAG sur la chaîne M6. 

Voici le lien pour visionner la vidéo de 100% MAG:

http://www.6play.fr/m6/100-mag/11357330-n-achetez-plus-vos-vetements-louez-les

Depuis la diffusion de ce reportage elle est régulièrement sollicitée par des personnes de tous horizons souhaitant ouvrir le même type d’activité. Le seul hic pour eux, ce n’est pas si simple que ça en a l’air!…

En conclusion, le projet de Lucie me semble particulièrement intéressant et a la grande qualité d’être tout à fait innovant. Nous souhaitons à Lucie et à Le Vestibule toute la réussite qu’elle mérite!

Page Facebook de Le Vestibule ici

 

 

 

Publicités