La plus belle « Nuit étoilée » du Monde se trouve à New York

Bonjour à tous!

Voici un de mes souvenirs de voyage …

Ce fût il y a deux ans, je traversais l’Atlantique et atterrisais à … New York!

New York

Ce fûrent neuf jours que nous passâmes à nous promener dans les quartiers de Sex and the city, manger dans la caféréria de Quand Harry rencontre Sally,New York s’assoir sur les bancs de la place de Friends, se prendre une bière dans la pizzeria des Soprano ou nous promener dans la Cinquième Avenue pour faire du lèche-vitrines chez Tiffany’s en s’imaginant être Audrey Hepburn; passer sous la sans-fin d’échelles courant le long des bâtiments, scénes d’autant de films ou séries que nous avons pu voir sur l’écran; voir les taxis jaunes à damiers noirs passer dans les rues et ne pas pouvoir s’arrêter de regarder vers le haut … car, les gratte-ciels sont très hauts à New York …,  Tiens, regarde, v’là King Kong!

Je me rends compte que chaque recoin de cette ville mériterait un post sur mon blog … On verra  avec le temps.

Les rues de New York

Vous pouvez vous en douter, on a passé nos jours à marcher d’un recoin de la ville à un autre. On a essayé de visiter tout ce que l’on pouvait … Ainsi, notre rendez-vous au MOMA (Musée d’art moderne) ne pouvait pas manquer! D’autant plus que l’entrée est gratuite tous les vendredis après-midi (!!!!, c’est une très bonne idée que de  faciliter l’accès à la culture à tous).

New York

Après avoir fait la queue pendant un loooonnngggg moment, nous sommes rentrés dans un énorme hall. Si vous vous placez au milieu de celui-ci et regadez vers le haut, vous pouvez voir l’ensemble des étages qui composent le bâtiment.

Il y avait quelque chose de terrifiant et d’inattendu : des hurlements de toutes sortes, d’hommes, de femmes et d’enfants; on se demandait d’où cela pouvait bien venir. On se serait cru dans Saw (le film)… Deux étages plus haut nous trouvâmes l’explication: une sculture qui déformait les sons et invitait les visiteurs à crier dedans…

J’étais impatiente d’aller au cinquième étage: celui de l’Impressionisme. C’est certainement le courant de peinture que j’afeccione le plus. J’allais de tableau en tableau.  Je me délectais avec les tâches de couleur que je voyais ici et là. Aussi, j’observais des groupes de japonnais aller en masse d’un endroit à un autre (au musée, tout comme à New York, on entend parler de toutes les langues et on voit passer toutes types de physionomies). Auto-portrait de Vincent Van Gogh

Je continuais mon voyage à travers les tableaux, et là, ben là, c’était juste … : Imaginez, dans une comédie romantique, le moment où, le protagoniste voit, pour la première fois, la femme de sa vie … c’était pareil! : Tout s’est arrêté, mon regard tourna vers la gauche, à l’ouverture entre deux murs, entre les flashes et les exclamations, je le vis. Mes pieds se dirigèrent vers cette direction. Le gardien voyant ma mine émue s’exclama: « Oh oui, c’est Van Gogh, ça fait toujours ça la première fois! (en anglais, évidement). C’est bien ça, j’avais le tableau « Nuit étoilée » de Vincent Van Gogh, pour de vrai; pas en affiche, pas en photo, pas en poster, sous mes yeux. Je pouvais contempler voir d’un oeil direct tous les passages des pinceaux du peintre, sentir toute l’émotion qu’il a pu ressentir quand il peignait sa toile. Mes doigts pouvaient s’imaginer toucher les sillons de la peinture. J’étais émerveillée par cette lumière, par autant de beauté et autant de sentiments. Alors tout pouvait bien s’arrêter,  je me demandais ce que ça ferait de vivre avec un telle merveille sous les yeux, tous les jours. Après celui-ci, d’autres tableaux m’ont semblé beaux, émouvants, interessants, mais aucun m’a fait éprouver ce même bonheur.

Si un jour j’ai la chance de revenir à New York, mon rendez-vous privilégié sera bien avec la Nuit étoilée de Vincent Van Gogh.

Véro ♥

Nuit Etoilée de Vincent Van Gogh

Publicités